Formation assistante maternelle

Devenez Assistante
Maternelle sans stress

Je vous propose de vous aider sur :

Logo Mon Projet Assmat

Suivez mon programme en vidéo !

La visite d’évaluation au domicile

La visite d’évaluation du logement de l’assistante maternelle sert à estimer les capacités d’accueil et les valeurs éducatives de la candidate.

La visite d’évaluation n’est, en aucun cas, un contrôle de passage à l’improviste. L’entretien est notifié par l’envoi d’une lettre écrite sur laquelle est bien spécifiée la date et l’heure de la visite d’évaluation.

Etape essentielle, cet examen de passage obligatoire détermine l’obtention de l’agrément. Il est nécessaire de bien préparer cette entrevue, afin qu’elle se déroule sereinement.

Les points évalués dans l’habitation

La visite d’évaluation à domicile a pour but de vérifier si la candidate et son logement remplissent les conditions légales d'agrément en fonction de critères d'appréciation définis par décret.

Elle se déroule en 2 temps :

  1. Un entretien visant à juger des capacités éducatives de la candidate réalisé par une professionnelle de la petite enfance (puéricultrice, assistante sociale, psychologue ou médecin de la PMI).
  2. Une visite complète du domicile afin d’examiner les capacités matérielles d’accueil de l’habitation.

L’assistante maternelle exerce dans son logement personnel dans la majorité des cas. Ce logement ainsi que son environnement doivent respecter des normes permettant l’accueil des enfants.

Les puéricultrices étudient plusieurs paramètres, afin de voir si le logement est compatible avec l’accueil d’enfants : son état, sa taille, son aménagement, son accessibilité, la sécurité et l’hygiène.

Il ne s’agit en aucun cas d’une inspection. Normalement, la professionnelle n’ouvre pas chaque placard ou tiroir. Elle invite par exemple la candidate à lui montrer où elle range ses produits d’entretien.

Chaque point de sécurité ou source de danger est également vérifié, le rôle de la puéricultrice, étant de repérer les risques évidents et engendrant une insécurité pour les enfants.

Certaines consignes font appel au bon sens comme le placement en hauteur des produits dangereux (produits d’entretien, alcool, etc.).

Les dispositions essentielles à connaître en tant que future assistante maternelle

  • Le domicile de la candidate doit être suffisamment grand pour pouvoir accueillir des enfants. Le nombre d’enfants fixé par l’agrément est indexé à la taille du logement.
  • Le logement doit être correctement chauffé par des installations respectant les normes en vigueur.
  • Au niveau matériel, la mise à disposition d’un lit adapté à l’âge de l’enfant est un minimum.

Si l’exercice du métier se fait en MAM, les professionnelles de la petite enfance doivent visiter le local de la maison d’assistantes maternelles et non le domicile, qui doit remplir des conditions de sécurité plus strictes en tant ERP (établissement recevant du public).

Le logement doit être propre à l’accueil d’enfants. Il doit également comporter des aménagements spécifiques :

  • Une barrière en haut et en bas de chaque escalier.
  • Une installation de bloque-fenêtres, portes et tiroirs, ou de cache-prises.
  • La protection de la cheminée.

En fonction des départements, la professionnelle peut également exiger auprès de la future assistante maternelle, l’achat à l’avance de tout ou partie du matériel de puériculture (poussette, table à langer, lit, etc.). Une salle de jeux et une chambre individuelle pour la sieste, pour chaque enfant peuvent être requises.

Suite à la visite, les puéricultrices rédigent un document écrit et émettent un avis favorable ou défavorable.

En cas d’avis défavorable, la candidate a le droit de connaître les motifs précis et réels incompatibles avec la garde des enfants.

L’environnement autour du logement
L'environnement du logement

L’environnement du lieu d’accueil a une place tout aussi prépondérante que l’habitation.

La présence d’animaux dans le lieu d’accueil n’est pas un frein pour décrocher l’agrément, à condition qu’il ne s’agisse pas d’un chien de catégorie 1 ou 2. Ce type d’animal, détenu dans le lieu d’accueil ou à proximité immédiate, représente en effet un danger potentiel pour l’enfant et peut constituer un motif suffisant de refus.

Si la candidate détient un ou plusieurs animaux présents durant l'accueil, la professionnelle prendra en compte :

  • Les dispositions envisagées pour assurer l'information des parents.
  • La capacité de la candidate à comprendre les risques encourus par l'enfant.
  • Les mesures prises pour isoler le ou les animaux ou organiser une cohabitation sans danger.

La présence d’une rivière ou d’une étendue d’eau à proximité de la maison sont par exemple des éléments à risque pour les enfants, toute comme celle d’un puits ou d’une route. Des mesures devront ainsi être prises afin de sécuriser les abords du logement. Le jardin devra ainsi être clos.

Les risques liés à l'utilisation des piscines enterrées ou hors sol seront également évalués et notamment les dispositifs de sécurité mis en place afin de prévenir les risques de noyade.

L’entretien avec la puéricultrice
La visite d'évaluation du domicile

L’entretien avec la puéricultrice peut être un échange informel durant la visite du logement ou un vrai temps de discussion. Il n’y a aucune réponse modèle, hormis concernant les étapes d’apprentissage de l’enfant.

Les professionnelles de la petite enfance doivent vérifier plusieurs critères d’appréciation concernant la candidate, ceci afin de rédiger leurs conclusions, et notamment :

  • Les critères de base. La maîtrise de la langue française, l’état de santé compatible avec l’accueil des enfants et la motivation.
  • Le profil requis. Le sens de l’organisation, la capacité d’adaptation à des situations diverses et variées, la disponibilité, la patience et la tolérance de la candidate.
  • Les capacités professionnelles pour assurer le développement physique et intellectuel des enfants. La communication, le dialogue, la connaissance du métier (rythme de sommeil, alimentation des tout-petits, activités et jeux adaptés à l’âge), la capacité à veiller à la santé et la sécurité des enfants accueillis.

Au cours de l’entretien, les puéricultrices cherchent à déterminer si la future assistante maternelle peut apporter, à la fois, de la sécurité affective et des valeurs éducatives.